Agroalimentaire

Côte d’Ivoire : la filière hévéa en quête de financements

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
La filière doit faire face à la chute du coût du caoutchouc.

La filière doit faire face à la chute du coût du caoutchouc. © Sergey Yeliseev/ Flickr creative commons

Le Fonds de développement de l’hévéa (FDH) veut investir 18 milliards de F CFA (27,4 millions d’euros) pour venir en aide à la filière, malmenée par la chute du cours du caoutchouc naturel, qui est passé d’un peu plus de 1 000 F CFA par kg en 2011 à environ 274 F CFA actuellement.

Ce financement devrait permettre la poursuite de la distribution gratuite de pépinières et, surtout, la formation de saigneurs – les besoins sont estimés à 55 000 ouvriers –, qui représentent le cœur de métier de cette filière. Reste que, pour l’instant, l’appui apporté par l’AFD et la Banque mondiale ne permet pas au FDH de couvrir la totalité de cet investissement. Résultat, Albert Konan Koffi, le secrétaire général du FDH, mise sur des contributions additionnelles auprès d’autres bailleurs de fonds.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte