Défense

Armement : l’Algérie, premier client africain de la Russie

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 22 septembre 2016 à 14h05
Abdelaziz Bouteflika lors de son arrivée à Moscou le 18 février 2008.

Abdelaziz Bouteflika lors de son arrivée à Moscou le 18 février 2008. © MIKHAIL METZEL/AP/SIPA

D’année en année, la Russie confirme sa place de premier fournisseur d’armes en Afrique, loin devant les États-Unis, la France et la Chine.

Son intervention en Syrie semble avoir un effet dopant sur les ventes. De longue date, son meilleur client sur le continent est l’Algérie. Selon Akram Kharief, journaliste spécialisé à Mena Defense, les derniers contrats signés à Moscou au printemps (mais peu détaillés par les deux parties) portent sur 2 sous-marins, 46 hélicoptères de combat, 12 à 24 hélicoptères de transport et des chars T-90 afin de porter leur nombre à 500.

Avec la modernisation de matériels anciens et des éléments de système antiaériens, l’addition avoisinerait 5 milliards de dollars. Les discussions se poursuivent pour la livraison de 44 Sukhoi Su-32, de 44 Sukhoi Su-35 et, surtout, de batteries de missiles antiaériens S-400. L’Égypte a emboîté le pas en 2015, commandant des Mig-29, des systèmes de défense antiaérienne Antey-2500 et Buk, ainsi que 46 hélicoptères.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte