Elections

Côte d’Ivoire : un référendum qui se fait désirer…

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Alassane Ouattara, le 6 mai 2001 à Abidjan.

Alassane Ouattara, le 6 mai 2001 à Abidjan. © Emanuel Ekra/AP/SIPA

Plusieurs aspects techniques n’étant pas encore réglés, le référendum constitutionnel, censé se tenir en octobre, pourrait être reporté.

D’abord, le comité des experts présidé par le professeur Ouraga Obou n’a pas encore remis à Alassane Ouattara la mouture définitive du projet de Constitution.

Ensuite, si la Commission électorale indépendante (CEI) a bien transmis au gouvernement un projet de budget d’une dizaine de milliards de F CFA (une quinzaine de millions d’euros) destiné à financer le référendum, il n’est toujours pas passé en Conseil des ministres et le Parlement n’a pas été convoqué en session extraordinaire pour l’examiner.

Du côté de la présidence, on confie que ce n’est pas un problème car la loi rectificative du budget 2016, adoptée le 7 septembre en Conseil des ministres, permet d’assurer ce financement. La CEI a malgré tout décidé de se consacrer à l’organisation des législatives de novembre, conformément au code électoral.

Elle lancera l’appel à candidatures à partir de la seconde quinzaine de septembre. Le coût de ce scrutin est estimé à 18 milliards de F CFA.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte