Elections

RD Congo : un deal Kabila-Lucha ?

Le président Kabila et les militants de la Lucha, à Goma, le 18 août.

Le président Kabila et les militants de la Lucha, à Goma, le 18 août. © DR

Lors de son récent séjour dans le Nord-Kivu, Joseph Kabila a tenu à rencontrer les jeunes de la Lutte pour le changement (Lucha), un mouvement citoyen très actif dans l’est de la RD Congo et hostile à une éventuelle prolongation du mandat du chef de l’État.

Instruction est alors donnée à un conseiller politique de prendre contact avec ces militants prodémocratie. Après un coup de fil à la Lucha, une réunion a lieu, le 16 août, à Goma, au bureau du gouverneur du Nord-Kivu, avec l’émissaire du président. « Il ne nous a jamais donné son nom », souffle Ghislain Muhiwa, de la Lucha, qui a participé à la rencontre.

Le conseiller propose qu’un rendez-vous soit organisé le jour même entre les principaux responsables du mouvement et Kabila. Raté : les jeunes exigent d’y envoyer au moins 90 des leurs. Vingt-quatre heures plus tard, le chef de l’État accepte de recevoir une délégation de moins de 40 personnes. Trop tard. La Lucha tient le même jour une « grande retraite ». C’est finalement le 18 août que les deux parties se rencontrent.

Quelques avancées vers la libérations des derniers militants

Le président promet alors aux militants de faire libérer leurs camarades emprisonnés. Le sénateur Léonard She Okitundu, l’un de ses stratèges chargés d’ouvrir la voie à un dialogue inclusif, travaillait depuis des mois sur ce dossier.

Dès le lendemain, cette « mesure de décrispation » est prise, mais seuls deux des six militants encore en détention figurent sur la liste des personnes à libérer. En échange, la Lucha accepte de participer au comité préparatoire du dialogue. « Mais c’est Fred Bauma, détenu à la prison de Makala, qui doit nous représenter », confie Muhiwa.

Le militant n’étant toujours pas libéré le 23 août, jour du début des travaux du comité, la Lucha s’est abstenue d’y envoyer un remplaçant. Le 26, le ministre de la Justice publie finalement une nouvelle liste des personnes à libérer, qui inclut les quatre derniers militants de la Lucha emprisonnés. Le 29, enfin, onze jours après la rencontre avec Joseph Kabila, Fred Bauma et Yves Makwambala sont libérés de la prison centrale de Makala.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte