Dossier

Cet article est issu du dossier «Le business du sport en Afrique»

Voir tout le sommaire
Sport

Un lifting pour la Ligue des champions africaine

Réservé aux abonnés | | Par
Issa Hayatou, président de la CAF (Confédération africaine de football), le 11 juin 2015 à Paris.

Issa Hayatou, président de la CAF (Confédération africaine de football), le 11 juin 2015 à Paris. © Jacques Torregano pour Jeune Afrique

L’actuelle formule de la Ligue des champions africaine, qui date de 1997, vit ses derniers mois.

Le 29 septembre, en Égypte, au Caire, le groupe de travail présidé par Mohamed Raouraoua, le président de la Fédération algérienne, présentera ses conclusions au Comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF) pour la réforme de la C1, souhaitée par son président, Issa Hayatou.

Formule élargie

La phase de groupe actuelle, avec huit équipes, va disparaître au profit d’une formule élargie à seize formations, réparties en quatre groupes de quatre. Cela permettra à la CAF d’engranger des droits télévisés supplé­mentaires, dont une partie sera redistribuée aux clubs concernés. Pour rappel, ces sept dernières années, la CAF a encaissé 71,5 millions de dollars de droits de retransmission de la Ligue des champions et de la Coupe de la CAF.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte