Politique

Tunisie : Chahed, l’arme anti-Jomâa

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 09 août 2016 à 15h36
Le chef du gouvernement tunisien Youssef Chahed au palais présidentiel à Tunis, le 3 août 2016.

Le chef du gouvernement tunisien Youssef Chahed au palais présidentiel à Tunis, le 3 août 2016. © Hassene Dridi/AP/SIPA

La nomination du consensuel Youssef Chahed, 40 ans, au poste de chef du gouvernement n’est pas exempte d’arrière-pensées politiciennes, estime un dirigeant d’un parti de la coalition sortante.

« Béji Caïd Essebsi et les membres de son équipe ont un caillou dans la chaussure qui s’appelle Mehdi Jomâa. L’ex-Premier ministre indépendant (2014-2015) ne cache plus ses ambitions pour 2019. Or ces prétentions irritent à Carthage, car Jomâa braconne sur les terres des électeurs centristes déçus par Nidaa Tounes ».

 

Les deux hommes ont beaucoup de points communs

Et ce dirigeant de poursuivre : « Le profil de Youssef Chahed fait de lui l’arme anti-Jomâa par excellence. Les deux hommes ont beaucoup de points communs : la jeunesse, une certaine virginité politique et un même style managérial. En quelques mois, Chahed peut totalement éclipser le souvenir de Jomâa dans l’opinion ».

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer