Industrie

Cameroun : Alucam à la chasse aux investisseurs

Usine Alucam au Cameroun.

Usine Alucam au Cameroun. © Egis

Qui pour remplacer Rio Tinto Alcan au capital l’usine d’aluminium d’Édéa ? Après une revue des actifs par la banque Lazard, un premier prospectus a été envoyé au Japon et au Moyen-Orient notamment. D’autres investisseurs pourraient être sollicités en septembre, selon les informations de « Jeune Afrique ».

Réalisé par Lazard sous la houlette de Xavier Atieh, associé gérant et responsable Moyen-Orient et Afrique, et de Michèle Lamarche, associée gérante et spécialiste des dettes souveraines, le passage en revue des actifs de l’industriel Alucam est terminé.

La banque d’affaires française, sélectionnée en janvier pour sortir le dossier de l’ornière, devait finaliser son analyse en préalable à la cession des 47 % de l’État camerounais dans l’usine d’aluminium d’Édéa, près de Douala, dont Rio Tinto Alcan s’est désengagé en octobre 2014.

Un « teaser » à des investisseurs potentiels

Ce rapport a permis l’envoi, fin juillet, d’un « teaser » à des investisseurs potentiels, au Japon et au Moyen- Orient notamment. D’autres partenaires financiers pourraient être approchés d’ici au mois de septembre. Le dossier est supervisé, côté camerounais, par Séraphin Magloire Fouda, le secrétaire général de la primature.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte