Actualités

Norio Maruyama : « Le Japon veut promouvoir ses propres solutions en matière de développement »

Par  | 

En tant que « Monsieur Afrique » du ministère des Affaires étrangères, l’ambassadeur japonais assure le secrétariat général de la Ticad. Et revient sur les relations entre son pays et le continent.

À quelques semaines de la 6e Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (Ticad VI), organisée pour la première fois hors de l’archipel, l’ambassadeur Norio Maruyama revient sur les enjeux de ce rendez-vous, dont il assure le secrétariat général en tant que « Monsieur Afrique » de la diplomatie nippone.

Fonctionnaire au sein du ministère des Affaires étrangères depuis vingt-trois ans, il n’a jamais été en poste en Afrique mais l’a toujours suivie de très près.

Après être passé, en 1984, par l’École nationale d’administration (ENA) de Paris, Norio Maruyama a occupé diverses fonctions au sein de l’ambassade du Japon en France, avant de rentrer dans son pays, où, en 2001, il a officiellement pris la tête du département Afrique de l’Ouest du ministère des Affaires étrangères.

À l’issue de plusieurs missions dans le Caucase, en Asie et auprès de l’Union européenne, l’ambassadeur est revenu à Tokyo en juillet 2014 pour prendre la direction générale des Affaires africaines.

Aussi francophone que francophile, Norio Maruyama s’appuie sur son réseau unique à travers l’Afrique pour renforcer les liens entre son archipel et le continent africain. Il est d’ailleurs l’un des principaux promoteurs de la délocalisation de la Ticad VI au Kenya, les 27 et 28 août.

Jeune Afrique : Malgré ses vingt-trois années d’existence, la Ticad reste mal connue des Africains. Pensez-vous lui donner plus de visibilité en l’organisant sur le continent ?

Norio Maruyama : Cette édition sera l’occasion de montrer à l’ensemble des populations africaines, ainsi qu’à nos amis occidentaux, également invités à y participer, en quoi consiste ce rendez-vous et quel est l’engagement des Japonais sur le continent depuis plus de deux décennies.

L’idée d’organiser une rotation entre le Japon et l’Afrique pour l’accueil de la conférence, tous les trois ans, vient des Africains eux-mêmes, et nous nous sommes empressés de l’accepter pour, justement, leur permettre de mieux s’approprier l’événement. Plusieurs pays ont postulé pour recevoir la Ticad VI, et c’est le Kenya qui a été retenu.

Le Japon veut promouvoir ses propres solutions en matière de développement avant d’en confier les clés aux Africains eux-mêmes

Quel devrait être le principal message du Japon pour cette prochaine conférence ?

La Ticad V, qui s’est tenue en juin 2013 à Yokohama, a permis de définir un plan d’action très précis. Mais la situation a depuis beaucoup changé à travers le continent africain : il y a eu Ebola, qui a démontré les limites des services de santé ainsi que la fragilité de l’Afrique en matière sanitaire ; la menace terroriste s’est faite de plus en plus sérieuse ; enfin, la baisse des cours des matières premières a eu un impact considérable sur les économies africaines…

Nous voulons donc lancer un message clair sur ces trois sujets brûlants pendant la Ticad VI. Le Japon veut promouvoir ses propres solutions en matière de développement, en renforçant son partenariat avec le continent, avant d’en confier les clés aux Africains eux-mêmes.

S’agira-t-il aussi de trouver des solutions pour répondre au déclin des cours des matières premières ?

La Ticad n’est pas l’Opep [Organisation des pays exportateurs de pétrole]. Et notre sujet principal porte sur le développement de l’Afrique, sur la manière dont nous pouvons intervenir pour soutenir le continent. La diversification et l’industrialisation sont bien sûr des solutions, mais ce ne sont pas les seules.

Nous avons donc besoin de parler entre nous de tous ces sujets pour tenter d’en trouver d’autres. Et associer le secteur privé à ce débat est aujourd’hui primordial.

Que pensez-vous de la présence des entreprises japonaises en Afrique ?

Pour l’instant, nos compagnies se sont davantage intéressées à la partie orientale de l’Afrique. Mais en s’appuyant sur des partenariats forts, comme celui de Toyota Tsusho Corporation [TTC] avec CFAO, elles peuvent étendre leurs zones d’intérêt à l’ensemble du continent.

Je leur fais confiance pour saisir les opportunités qui se présenteront. Nous devons être patients, mais je suis sûr que de plus en plus de compagnies japonaises vont s’intéresser au continent. Elles doivent avant cela trouver le meilleur moyen d’y aller. Et nous comptons bien les y aider.

Pourquoi cet intérêt marqué pour l’est du continent ?

Parce que c’est la partie la plus proche de l’Asie et celle qui y est la mieux connectée. Mais aussi parce que nous comptons peu de francophones parmi les entrepreneurs japonais. Dans le sillage de TTC, nous observons cependant un changement de tendance, avec quelques implantations significatives en Afrique de l’Ouest, comme en Côte d’Ivoire, qui commence à jouer un rôle de plateforme régionale pour nos entreprises.

Beaucoup de pays investissent en Afrique aujourd’hui, notamment dans les infrastructures. Ne craignez-vous pas d’avoir pris du retard dans ce domaine ?

Non. Le Japon a développé un partenariat très fort avec l’Afrique, qui, de son côté, a besoin de tous les partenaires qu’elle peut intéresser pour assurer son décollage. C’est d’ailleurs le but de la Ticad, qui dépasse de beaucoup la seule relation Afrique-Japon. Tout le monde fera le déplacement de Nairobi pour se rencontrer, discuter et voir ensemble ce que chacun peut apporter.

Les entreprises japonaises peuvent-elles rivaliser avec leurs concurrentes chinoises, capables de proposer des équipements et des prestations bien moins coûteux ?

Je ne le pense pas. Nous devons juste nous concentrer sur les dossiers sur lesquels nous pouvons apporter une véritable valeur ajoutée.

Durant cette Ticad, nous espérons pouvoir définir des plans de développement pour chaque projet important afin de savoir qui sera le mieux à même de le réaliser. Tout dépend aussi des pays receveurs de ces projets, qui, finalement, doivent sélectionner leurs partenaires en fonction des besoins identifiés.

Le Japon s’appuie sur la qualité de ses prestations, qui ne sont pas uniquement fondées sur les coûts, mais aussi sur la formation, la maintenance des sites, les échanges de technologies et de connaissances. C’est ça l’approche japonaise en matière d’aide au développement.

Comment avez-vous réagi à l’annonce de l’installation, en 2017, d’une base aéronavale chinoise à Djibouti, où le Japon a déjà positionné son propre contingent ?

Nous sommes à Djibouti pour lutter contre la piraterie et tenter de stabiliser la Somalie, et par là même toute cette région. Concernant l’arrivée des troupes chinoises dans le pays, nous verrons comment ils comptent utiliser cette base. Tout le monde a ses intérêts propres, à commencer par le pays hôte.

La présence militaire du Japon en Afrique pourrait-elle évoluer, en particulier en ce qui concerne ses missions ?

Face à la menace terroriste, qui touche aujourd’hui de nombreux pays, le Japon se doit de tenir son rôle. En revoyant notamment les missions de nos forces d’autodéfense, qui, pour l’instant, ne peuvent pas utiliser leurs armes sur les terrains extérieurs.

À Djibouti, elles sont cantonnées à un rôle d’observateur, et au Soudan du Sud elles se concentrent sur les questions logistiques. Il faut maintenant voir comment nous pouvons contribuer à renforcer le dispositif sécuritaire. Ce sera l’un des points importants abordés à Nairobi.

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

Côte d'Ivoire

| Institutions-ONG
logo kpmg Leading Audit, Consulting and Accounting firm KPMG has more than 190,000 professionals in 154 countries. The KPMG network in sub-Saharan Africa is a major player in providing expert advice and assistance to businesses across industry. To support the growth of its activities, KPMG is strengthening its teams by recruiting a Business Development Manager. Mission Under the authority of the Head of the Department of International Development Advisory Services (IDAS), the Business Development Manager (BDM), promotes progressive and profitable growth within specific large accounts by maintaining existing relationships and establishing new ones, in order to grow the network.  The BDM also consistently demonstrates a clear understanding of customer issues and identifies approaches that KPMG can take to provide innovative solutions. To this end, he/she will assume the following main responsibilities and tasks:
  • Identify opportunities through white space, cross selling, events & sales campaigns and deliver incremental sales growth that expands multi-disciplinary services across accounts;
  • Provide deep insight into clients’ needs, strategy and market challenges to the Client Lead Partner and Customer Service Team;
  • Maximize and deliver existing business opportunities and proactively identify and grow new revenue streams ;
  • Proactively support the development of relationships between relevant KPMG partners and the C-Suite;
  • Lead the Client Lead Partner, managing and driving engagement of the clients across the firm;
  • Lead and support significant pursuits to ensure bids are converted to sales, including review of and coaching of the MarketEdge tools ;
  • Liaise with the commercial team to develop pricing frameworks and ensure such frameworks are fully optimized ;
  • Be a sales leader and coach the teams on the best practices related to the field ;
  • Exhibit high performance sales behaviours, demonstrating a personal hunger for growing sales opportunities and developing a sales ethos of every member of the team;
  • Maximise coverage across the Customer Service Team, using tools such as relationship plans;
  • Optimise our CRM tool to keep a track of client meetings and information so we can effectively plan for meetings which enhance our clients experience;
  • Employ the use of social media, wider alumni and relationship programmes to further connect with clients ;
  • Retain & strengthen client relationships by developing multiple connection points within relationships and service lines.
 Required profile Following the KPMG CI job board the candidate must have the following profile:
  • Have a graduate degree, BAC+5 in business, marketing or related field;
  • Proof of a minimum of 10 years of working experience in the following: sales, marketing, business strategy development, business development, customer service and project management;
  • Good knowledge of various sectors including international organizations, donor funded organizations and a strong understanding of KPMG activities and products offered;
  • Have strong verbal and written communication skills;
  • Have a perfect command of computer tools and dedicated software;
  • Knowledge of the B2B concept;
  • Be perfectly bilingual English / French;
  • Have ability to manage complex projects and multi-task;
  • Have good negotiating skills;
  • Be creative and dynamic;
  • Be client and result oriented;
  • Have a team spirit;
  • Professional experience in a firm considered as an asset.
Measures of success and KPIs:
  •  Quality of account plan/s
  • Achievement of revenue and growth targets
  • Client Lead Partner and Customer Service Team feedback
  • Client feedback and reviews
  • Evidence of coaching others to advance their client strategies and relationships
Application Requirements Applications must include:
  • a cover letter,
  • a detailed curriculum vitae with picture,
  • a photocopy of the diplomas/degrees obtained,
  • the contacts of three (3) references who can justify the candidate's professional capacities.
The application files specified as subject: "Application for Business Development Manager position" must be submitted no later than 19th January at 23:59 GMT by email to support@peopleandchangekpmg.ci If you have any questions, please contact the People and Change Recruitment team by email at support@peopleandchangekpmg.ci  or by phone (225) 20 22 57 53 / 20 22 57 80. Incomplete, non-compliant or late applications will not be considered. Only candidates selected for the next steps will be contacted. Confidentiality guaranteed. Recrut BDM_Annonce longue_EN_VF
2020-01-13 11:13:47
full-time
Côte d'Ivoire

| Institutions-ONG
logo JA2885 p142 kpmg Leader de l’audit, du conseil et de l’expertise comptable, KPMG rassemble aujourd’hui plus de 190 000 professionnels dans 154 pays. Le réseau KPMG en Afrique Subsaharienne se positionne comme un acteur majeur en matière de conseil et assistance aux entreprises. Pour accompagner la croissance de ses activités, KPMG renforce ses équipes par le recrutement d’un (e) Business Development Manager. Missions    Le Business Development Manager, favorise une croissance progressive et rentable au sein de grands comptes spécifiques. Ceci, d’une part, en entretenant les relations existantes et en en établissant de nouvelles afin de faire croître le réseau. D’autre part, en démontrant constamment une compréhension claire des problèmes des clients et en identifiant une approche que KPMG pourra adopter pour fournir des solutions novatrices. A cet effet, il assumera les principales responsabilités et tâches ci-après :
  • Identifier les opportunités par le biais du cross selling, d'événements et de campagnes de vente et générer une croissance de ventes supplémentaire à travers les différents unités d’affaires ;
  • Fournir au Client Lead Partner et au Customer Service Team une connaissance approfondie des besoins des clients, de la stratégie et des défis du marché ;
  • Maximiser et exploiter les opportunités commerciales existantes avec les clients, identifier et développer de nouvelles sources de revenus de manière proactive ;
  • Soutenir de manière proactive le développement de relations client entre les partenaires pertinents de KPMG et les Cadres Supérieurs ;
  • Diriger l'équipe d'appui au client, gérer et diriger l'engagement du client à l'échelle du cabinet ;
  • Diriger et appuyer les activités visant à s'assurer que les soumissions effectuées sont traduites en ventes, y compris la révision et l'accompagnement dans l'utilisation des outils MarketEDGE ;
  • Assurer la liaison avec l'équipe commerciale afin d'élaborer des cadres de tarification pour l’établissement des honoraires et s'assurer que ces cadres sont pleinement optimisés ;
  • Etre un leader de la vente et coacher les équipes sur les meilleures pratiques du domaine;
  • Démontrer les comportements à détenir pour effectuer des ventes à hautes performances, démontrer une soif personnelle de croissance des opportunités de vente et développer en chacun des membres du Comité de gestion, un instinct de vendeur;
  • Renforcer le réseau client au niveau du Customer Service Team, en utilisant des outils tels que les plans relationnels ;
  • Optimiser les outils de gestion de la relation client afin de permettre une planification efficace des réunions sur l'expérience client ;
  • Utiliser les réseaux sociaux et le réseau des anciens de KPMG comme force de vente;
  • Conserver et renforcer les relations client en développant des stratégies au sein des lignes de service.
Profil exigé Suivant le tableau des emplois de KPMG CI, le candidat recherché doit avoir le profil ci-après :
  • Etre titulaire d’un diplôme d’études supérieures, BAC+5 en administration des affaires, en marketing ou dans un domaine connexe ;
  • Justifier un minimum de 10 ans d’expérience professionnelle dans les axes suivants : vente, marketing, élaboration de stratégie d’entreprise, développement d’affaires, service client et gestion de projets ;
  • Bonne connaissance des divers secteurs d’activités faisant partir de l’offre KPMG incluant les organismes internationaux, les organisations financées par les bailleurs et une solide connaissance des activités de KPMG et des produits offerts ;
  • Avoir de solides compétences en communication verbale et écrite ;
  • Avoir une parfaite maîtrise des outils informatiques et des logiciels dédiés ;
  • Connaissance du concept B2B ;
  • Etre parfaitement bilingue Anglais / Français ;
  • Avoir une capacité à gérer des projets complexes et multi-tâches ;
  • Avoir de bonnes aptitudes en négociation ;
  • Etre créatif et dynamique ;
  • Etre orienté client et résultat ;
  • Avoir l’esprit d’équipe ;
  • Expérience professionnelle en cabinet considérée comme atout.
Mesures du succès et des indicateurs clés de performance :
  •  Qualité du plan de compte
  • Atteinte des objectifs de chiffre d'affaires et de croissance
  • Rétroaction du Client Lead Partner et du Customer Service Team
  • Rétroaction et commentaires des clients
  • Preuve de l'encadrement des autres pour faire progresser les stratégies et les relations de leurs clients
CONSTITUTION ET DEPOT DES DOSSIERS Les dossiers de candidature doivent comprendre :
  • une lettre de motivation,
  • un curriculum vitae détaillé avec photo,
  • une photocopie des diplômes obtenus,
  • les contacts de trois (3) personnes de référence pouvant justifier des capacités professionnelles du candidat.
Les dossiers de candidature en spécifiant comme objet : « Candidature au poste de Business Development Manager » doivent être soumis au plus tard le 19 janvier à 23 heures 59 minutes GMT par email à l’adresse support@peopleandchangekpmg.ci Pour toutes questions, veuillez contacter l’équipe de Recrutement People and Change par email à support@peopleandchangekpmg.ci ou par téléphone (225) 20 22 57 53 / 20 22 57 80. Les dossiers incomplets, non conformes ou parvenus hors délai ne seront pas examinés. Seuls les candidats retenus pour les prochaines étapes seront contactés. Confidentialité assurée.  Recrut BDM_Annonce longue_EN_VF
2020-01-13 11:08:26
full-time
International

| Institutions-ONG
ONU L’Organisation des Nations Unies à New York est à la recherche d’un ou d’une cadre supérieur(e) hors pair qui contribuera à la direction et à l’administration générales du Bureau des services de contrôle interne (BSCI), entité indépendante qui aide le Secrétaire général à s’acquitter de ses responsabilités en matière de contrôle en procédant à des audits, à des enquêtes, à des inspections, et à des évaluations internes. Le (la) Sous-Secrétaire général(e) aux services de contrôle interne rend compte à la Secrétaire générale adjointe aux services de contrôle interne. La priorité sera donnée aux candidat(e)s ayant démontré leurs aptitudes dans les domaines de la gestion des programmes, des personnes et des ressources ainsi que de l’encadrement technique. Pour postuler, les candidat(e)s sont invité(e)s à se rendre sur le site Web de recrutement en ligne de l’ONU, à l’adresse suivante :  https://careers.un.org/lbw/home.aspx?lang=fr-FR (numéro d’appel à candidature : 126915). Les candidat(e)s ayant déjà présenté leur candidature à ce poste sont invité(e)s à postuler de nouveau. Les candidatures féminines sont vivement encouragées. Pour de plus amples informations sur le Bureau, consultez l’adresse suivante : https://oios.un.org/fr. ONU
2020-01-13 10:33:57
full-time
Fermer

Je me connecte