Diplomatie

Sommet de l’UA : comment Obiang a claqué la porte

Teodoro Obiang Nguema Mbasogo à Abuja, au Nigeria, le 29 mai 2015. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Le forcing diplomatique de la Guinée équatoriale n’y aura rien fait : le 18 juillet, Agapito Mba Mokuy, son ministre des Affaires étrangères, a été écarté de la course à la présidence de la Commission de l’UA dès le deuxième round.

La veille, en compagnie du président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, il s’était entretenu avec le Ghanéen John Dramani Mahama, l’un des seuls leaders d’Afrique de l’Ouest à soutenir sa candidature, à la terrasse d’un café du Convention Centre de Kigali, où se déroulait le 27e sommet de l’UA.

Dans la soirée, Obiang Nguema conviait plusieurs de ses pairs d’Afrique centrale jusque tard dans la nuit afin de s’assurer de l’unité de la sous-région. Parmi eux, le Tchadien Idriss Déby Itno, président en exercice de l’UA.

Un départ précipité

Las, à l’annonce de l’élimination d’Agapito, Obiang Nguema, fou de rage, n’a pas attendu la fin des tours de scrutin et a précipitamment quitté l’auditorium pour rejoindre l’aéroport international de Kigali, où il a fallu lui préparer son avion en urgence.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte