Sport
Des passants posent devant les anneaux olympique à la plage de Copacabana à Rio, le 31 juillet 2016.

Cet article est issu du dossier

JO de Rio 2016 : faites vos Jeux !

Voir tout le sommaire
Société

JO 2016 : puisse le sport l’emporter !

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 23 octobre 2019 à 19:19

Le village olympique à Rio de Janeiro, le 23 juillet 2016. © Leo Correa/AP/SIPA

Du 5 au 21 août, le monde entier aura les yeux fixés sur la mégapole brésilienne, où se tiendront les XXXIes Jeux olympiques d’été. Entre marasme économique, affaires de dopage, crise sanitaire et criminalité galopante, la manifestation ne se présente pas forcément sous les meilleurs auspices.

«Panem et circenses » ! disaient les Romains, qui s’y entendaient pour distraire la plèbe de ses maux. Des jeux ? Le monde entier en sera abreuvé du 5 au 21 août à Rio de Janeiro.

10 500 modernes gladiateurs représentant 206 comités nationaux olympiques rivaliseront dans 126 disciplines, en 33 lieux différents. Après la publication d’un rapport accablant de l’Agence mondiale antidopage (AMA), il n’est pas assuré que les Russes soient du nombre, même si le Comité international olympique (CIO) manifeste peu d’empressement à les exclure. Lui aussi accusé de tricherie d’État, le Kenya, qui est quand même le pays africain le plus titré de l’histoire des Jeux, s’en est pour sa part tiré. Mais de justesse.

Quant au pain… À deux semaines de la cérémonie d’ouverture, les Brésiliens semblent peu disposés à se laisser distraire des maux qui les accablent : marasme économique, corruption, crise sanitaire, menace terroriste et, plus que tout, insécurité galopante. C’est entendu, Rio est l’une des villes les plus dangereuses du monde. Mais ne disait-on pas la même chose des villes sud-africaines avant le Mondial de foot 2010 ? Or tout s’était à peu près bien passé, alors…