Diplomatie

Afrique du Sud : Zuma choisit Kabila (pour l’instant)

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Le président français François Hollande reçoit à l’Élysée le chef d’État sud-africain, Jacob Zuma, le 11 juillet 2016.

Le président français François Hollande reçoit à l'Élysée le chef d'État sud-africain, Jacob Zuma, le 11 juillet 2016. © Thibault Camus/AP/SIPA

Le maintien de Joseph Kabila à la tête de la RD Congo au-delà de la fin de son mandat, le 19 décembre ?

« Laissez-nous gérer cette question entre Africains », a dit sans détour Jacob Zuma à François Hollande en tête à tête le 11 juillet, lors de sa visite officielle en France. Sous-entendu : « Vous, les Blancs, ne vous mêlez pas de cela. »Fin novembre 2011, après la réélection controversée de Joseph Kabila, le président sud-africain avait été l’un des premiers chefs d’État à le féliciter. Certes, du 20 au 27 mai dernier, l’Afrique du Sud a accueilli l’opposant Moïse Katumbi pour raisons médicales. Mais entre Kabila et Katumbi, Zuma choisit clairement le premier. Du moins pour l’instant.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte