Diplomatie

Union Africaine : Dlamini-Zuma ou la stratégie du profil bas

Dlamini Zuma. © Thierry Charlier/AFP

Qu’a fait Nkosazana Dlamini-Zuma depuis quatre ans à la tête de la Commission de l’UA ?

« Son bilan est mitigé, confie un ministre des Affaires étrangères d’Afrique centrale. Malgré ses promesses, elle n’a pas redonné force et vigueur à l’UA. » La priorité affichée de la diplomate sud-africaine, c’est l’agenda 2063. Du 100e anniversaire de la naissance de l’Organisation de l’unité africaine (OUA, l’ancêtre de l’UA), elle veut faire un cap économique pour tous les Africains. Belle ambition à long terme mais, à court terme, beaucoup s’étonnent de sa passivité sur les dossiers brûlants.

Au Burundi, en janvier, elle n’a pas réussi à convaincre les chefs d’État d’envoyer 5 000 soldats de la paix. Au Sahel, elle brille par son absence. Désintérêt ? Manque de courage politique ? Quand elle était ministre sud-africaine des Affaires étrangères, Dlamini-Zuma appliquait sur la crise au Zimbabwe une ligne politique très simple : la diplomatie du silence. Aujourd’hui, même profil bas à l’UA. Sans doute veut-elle garder toutes les chances de devenir présidente de l’Afrique du Sud en 2019…

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte