Dossier

Cet article est issu du dossier «Agro-industrie : le coton, une industrie à l’état brut»

Voir tout le sommaire
somdiaa
Industrie

Burkina Faso : SN-Citec sort enfin du marasme

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique - à Ouagadougou
Bon Thiahoun, un producteur de coton OGM du village de Pê (Houndé, dans le sud-ouest du Burkina), au milieu de la récolte de l'année dernière.

Bon Thiahoun, un producteur de coton OGM du village de Pê (Houndé, dans le sud-ouest du Burkina), au milieu de la récolte de l'année dernière. © THÉO RENAUT POUR J.A.

«Il y a trois ans, nous subissions des pertes et gardions des stocks d’invendus importants. Aujourd’hui, c’est moins le cas », se félicite le Français Alexandre Zanna, directeur général de la Société nouvelle huilerie et savonnerie (SN-Citec), contrôlée par le groupe Geocoton (52,94 %).

Mais le dirigeant sait que la reprise est loin d’être suffisante : « Nous ne devons pas baisser les bras car notre business model reste fragile. »

En 2015, SN-Citec s’est retrouvée avec 2 000 tonnes d’huile invendues – en plus des 1 000 t de l’année précédente. Ce qui équivaut à deux mois de ventes. Mais le pionnier du secteur des oléagineux burkinabè se réjouit d’avoir pu écouler 85 % de sa production, estimée à 20 000 t d’huiles végétales.

Importations défavorables

La société se remet lentement des années passées dans le rouge à cause des huiles importées en fraude. « Nous souffrons de la concurrence déloyale des importations massives d’huiles venant de pays voisins et de Malaisie », assène Alexandre Zanna. Difficulté à laquelle s’ajoutent 60 000 t d’huile de mauvaise facture produites à partir de graines de coton par une centaine d’unités artisanales.

Entre 2007 et 2013, le cumul des pertes de l’entreprise s’est élevé à près de 4 milliards de F CFA (6 millions d’euros). Au même moment, son chiffre d’affaires stagnait autour de 15 milliards de F CFA par an, à l’exception de ces deux dernières années, où il s’est stabilisé à environ 18,4 milliards de F CFA.

Remontée progressive

Pour l’exercice en cours, la société table sur 20 milliards de F CFA au moins. Mieux, SN-Citec est parvenue à équilibrer ses comptes et à dégager l’an dernier un bénéfice de 400 millions de F CFA.

Le pionnier burkinabè des oléagineux a réussi à écouler 85% de sa production en 2015

Pour conforter son leadership, la compagnie déroule un plan d’investissement destiné à améliorer la qualité de ses produits et à renouveler l’outil industriel. « C’est ainsi que nous allons nous démarquer des huiles bon marché », estime Alexandre Zanna. En 2016, plus de 1 milliard de F CFA seront investis dans l’acquisition d’équipements de conditionnement.

L’usine d’embouteillage, prochaine étape

Spécialisée dans la fabrication d’huiles sous le label Savor et de savons de ménage SN-Citec, appréciés des Burkinabè, l’entreprise veut réaliser une unité d’embouteillage pour compléter sa gamme de bidons de 5 l et de 20 l.

« En fin d’année ou début 2017, nous sortirons des bouteilles de 0,5 l et de 1 l pour toucher le maximum de consommateurs. De même, nous allons diversifier nos produits d’alimentation animale avec des compléments nutritionnels pour mieux répondre aux besoins du marché », précise Ibrahim Traoré, directeur commercial.

Tous ces efforts visent in fine à permettre à ce fleuron de l’agroalimentaire de renouer durablement avec des résultats bénéficiaires.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte