Économie

L’aéroport d’Abidjan en quête de financements

Selon les informations de « Jeune Afrique », Aeria, le concessionnaire de l’aéroport d’Abidjan, compte mobiliser une partie du financement nécessaire à sa modernisation auprès d’institutions bancaires et de coopération. Les détails.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 21 juillet 2016 à 17:54

Hall d’embarquement de l’aéroport international Félix-Houphouët-Boigny à Abidjan, le 23 janvier 2016. © Citizen59/Wikimedia Commons

Pour financer la cure de jouvence de l’aéroport d’Abidjan, annoncée en décembre 2015 par le Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan, et dont le coût est estimé à 39,7 milliards de F CFA (60,5 millions d’euros), Gilles Darriau, le DG d’Aeria, a pris contact avec la BOAD, la Bicici, filiale de BNP Paribas, et Proparco, a appris Jeune Afrique.

L’objectif du concessionnaire de la gestion de l’aéroport d’Abidjan ? Mobiliser auprès de ces établissements 40 % du montant total.

Tripler le trafic

Ces fonds serviront notamment au triplement des surfaces des aérogares, à l’amélioration des systèmes de tri des bagages, à l’augmentation du nombre de places de parking pour les avions, ou encore à la construction d’une deuxième piste parallèle à la voie principale d’atterrissage et de décollage. Celle-ci permettrait de porter le trafic annuel à 15 millions de passagers, bien au-delà des 5 millions escomptés – au mieux – en 2025.