Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 50 qui feront le Cameroun»

Voir tout le sommaire
Droits de l’homme

Alice Nkom : poil à gratter des tribunaux

Réservé aux abonnés | | Par
Image184571.jpg

Image184571.jpg © VINCENT FOURNIER/J.A.

Au pays de Paul Biya, tout paraît immobile. Pourtant, de nouveaux visages émergent, parmi eux, Alice Nkom.

Elle est la première femme à avoir été admise au barreau camerounais. Avocate, entre autres, de Marafa Hamidou Yaya (condamné à vingt ans de prison fin mai), la native du Littoral se bat contre une « justice aux ordres » et pour un État de droit qu’elle juge menacé par le président Biya et par son ministre de la Justice, Laurent Esso (lire ci-contre), qui n’accepte même pas de la recevoir.

Poil à gratter du Tribunal criminel spécial et de la Cour suprême, lauréate de multiples prix pour la défense des droits de l’homme, Alice Nkom est également, à 71 ans, en première ligne dans le combat pour les droits des homosexuels au Cameroun. Son objectif : obtenir de la Cour suprême qu’elle déclare anticonstitutionnel l’article 347 bis, qui criminalise l’homosexualité. « Je veux y arriver avant de m’en aller », affirme-t-elle.

Lire les autres articles du dossier

«Les 50 qui feront le Cameroun»

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte