Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 50 qui feront le Cameroun»

Voir tout le sommaire
Droits de l’homme

Alice Nkom : poil à gratter des tribunaux

Image184571.jpg

Image184571.jpg © VINCENT FOURNIER/J.A.

Au pays de Paul Biya, tout paraît immobile. Pourtant, de nouveaux visages émergent, parmi eux, Alice Nkom.

Elle est la première femme à avoir été admise au barreau camerounais. Avocate, entre autres, de Marafa Hamidou Yaya (condamné à vingt ans de prison fin mai), la native du Littoral se bat contre une « justice aux ordres » et pour un État de droit qu’elle juge menacé par le président Biya et par son ministre de la Justice, Laurent Esso (lire ci-contre), qui n’accepte même pas de la recevoir.

Poil à gratter du Tribunal criminel spécial et de la Cour suprême, lauréate de multiples prix pour la défense des droits de l’homme, Alice Nkom est également, à 71 ans, en première ligne dans le combat pour les droits des homosexuels au Cameroun. Son objectif : obtenir de la Cour suprême qu’elle déclare anticonstitutionnel l’article 347 bis, qui criminalise l’homosexualité. « Je veux y arriver avant de m’en aller », affirme-t-elle.

Lire les autres articles du dossier

«Les 50 qui feront le Cameroun»

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte