Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 50 qui feront le Cameroun»

Voir tout le sommaire
Politique

Maximilienne Ngo Mbe, la dignité humaine chevillée au corps

Réservé aux abonnés | | Par

Au pays de Paul Biya, tout paraît immobile. Pourtant, de nouveaux visages émergent, parmi lesquels celui de Maximilienne Ngo Mbe.

Dans un pays en guerre contre Boko Haram, il faut un sacré culot pour dénoncer les exactions de certains éléments incontrôlés de l’armée. Et malgré son apparence frêle, Maximilienne Ngo Mbe n’en a pas manqué lorsque, en janvier 2015, le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac), qu’elle dirige, a publié un communiqué condamnant des actes de torture et de pillage dans l’Extrême-Nord. Cela lui a attiré les foudres de Yaoundé.

En outre, son domicile et les locaux du Redhac sont fréquemment cambriolés. Mais rien n’entame sa détermination. « J’ai la lutte chevillée au corps », rappelle cette informaticienne qui consacre sa vie au respect de la dignité humaine.

Lire les autres articles du dossier

«Les 50 qui feront le Cameroun»

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte