Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 50 qui feront le Cameroun»

Voir tout le sommaire
Musique

Valsero, le porte-parole de la jeunesse

Réservé aux abonnés | | Par
Valsero, rappeur Camerounais.

Valsero, rappeur Camerounais. © AIMAY MÉNOBA POUR J.A.

Au pays de Paul Biya, tout paraît immobile. Pourtant, de nouveaux visages émergent, parmi lesquels celui de Valsero.

Né dans les années 1980 dans les quartiers nord de Yaoundé, le Général, comme on le surnomme, est le rappeur le plus engagé de sa génération. En 2002, alors qu’il est au chômage malgré son diplôme de l’École nationale supérieure des postes et télécommunications (ENSPT, à Yaoundé), Valsero traduit, avec « Ce pays tue les jeunes », le malaise d’une bonne partie de la jeunesse camerounaise.

Prenant l’habitude de s’adresser directement à Paul Biya – comme dans « Lettre au président », sa chanson la plus connue -, il profite de son aisance à la radio pour toucher le grand public. Dernier coup d’éclat en date, son titre « Motion de soutien », en mai, dans lequel il scande : « Trente-trois ans de dictature, trente-trois ans de corruption, trente-trois ans de népotisme, trente-trois ans de destruction, trente-trois ans de souffrance, de misère sans interruption, trente-trois ans d’arrogance, de violence et d’humiliation. » Un rap sans concession qui entend s’immiscer dans le débat à l’occasion des prochaines échéances électorales.

Lire les autres articles du dossier

«Les 50 qui feront le Cameroun»

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte