Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 50 qui feront le Cameroun»

Voir tout le sommaire
Politique

Kah Walla, la passionaria de l’opposition

Kah Walla, présidente du Cameroon People Party (CPP) à Jeune Afrique en juin 2016

Kah Walla, présidente du Cameroon People Party (CPP) à Jeune Afrique en juin 2016 © Capture d'écran/J.A.

Au pays de Paul Biya, tout paraît immobile. Pourtant, de nouveaux visages émergent, parmi lesquels celui de Kah Walla.

Tous les vendredis, la patronne du Cameroon People’s Party (CPP) se drape de la couleur du deuil, conformément au mot d’ordre de la campagne des « vendredis en noir », qu’elle a lancée pour prévenir d’éventuelles manœuvres destinées à prolonger le bail de Paul Biya au palais d’Etoudi. Edith Kahbang Walla, dite Kah Walla, a claqué la porte d’un autre parti d’opposition, le Social Democratic Front (SDF), en 2010.

Aujourd’hui, elle est de toutes les mobilisations et espère faire fléchir le pouvoir, quitte à subir un traitement rugueux de la part des autorités. L’activisme débordant de cette femme de 51 ans occulte parfois le fait qu’elle est aussi une businesswoman qui, en 1995, a fondé Strategies !, une entreprise de conseil en leadership et management.

Lire les autres articles du dossier

«Les 50 qui feront le Cameroun»

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte