Sport

Bakery Jatta, footballeur en Bundesliga à peine un an après avoir fui la Gambie

À 18 ans, le voilà ailier droit du Hambourg SV. © AXEL HEIMKEN/EPA/MAXPPP

Il y a un an, ce jeune Gambien traversait clandestinement la Méditerranée. Aujourd'hui, il est footballeur en Bundesliga.

Avec son crâne rasé surmonté d’une crête, Bakery Jatta a un petit air de Paul Pogba, le milieu de terrain français. En gros, le look du futur crack. Pourtant, le nouvel ailier droit du Hambourg SV (Allemagne), dixième au classement de la Bundesliga, revient de loin. En janvier, l’Akademie Lothar-Kannenberg de Brême, un centre de réinsertion pour jeunes, a vu débarquer d’Italie ce migrant d’à peine 18 ans. Six mois plus tôt, le jeune Gambien avait traversé clandestinement la Méditerranée sur un bateau de fortune depuis la Libye.

Un rêve qui prend forme

Travailleur et obstiné, Bakery Jatta apprend rapidement l’allemand. Il tape la balle dans son coin et finit par attirer l’attention de Lothar Kannenberg, le fondateur du centre. Ce dernier en glisse deux mots à la direction du club de la ville, le Werder Brême, qui le laisse s’entraîner le soir avec les joueurs de l’équipe. Mais c’est finalement dans le club voisin de Hambourg que ce footballeur prometteur vient de signer, pour un salaire mensuel de 10 000 euros.

« Il réalise le rêve de beaucoup de jeunes stars des clubs de Banjul qui fuient la Gambie pour des raisons économiques afin de tenter leur chance en Europe », constate la journaliste Claire Meynial, lauréate du prix Albert-Londres 2016 pour une série d’articles sur les migrants clandestins. Selon l’Office international pour les migrations (OIM), les Gambiens constituent la cinquième nationalité la plus représentée parmi les migrants arrivés en Italie par la mer en 2015 (8 454), juste derrière les Soudanais (8 932).

« Bakery Jatta est unique. Des cas comme lui, il y en a un par million. Mais il n’a peur de rien », a résumé Lothar Kannenberg dans le quotidien Bild. « C’est trop beau ! » s’exclamait récemment Bakery Jatta. Son destin en forme de conte de fées ne risque certainement pas de dissuader les jeunes candidats africains au départ, malgré les 3 771 migrants morts en 2015 durant la traversée de la Méditerranée, selon l’OIM.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte