Politique

France : à l’Élysée, l’armée change de chef

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 21 juin 2016 à 13:37

L’amiral Bernard Rogel (à g.), ici au côté de Jean Yves Le Drian, le ministre français de la Défense, en septembre 2015.

Après quelques semaines d’hésitation et une demi-douzaine d’entretiens avec les candidats, François Hollande a fait son choix.

C’est l’amiral Bernard Rogel, 60 ans, qui succédera en août au général Benoît Puga au poste clé de chef d’état-major particulier (CEMP) du président de la République – l’une des fonctions les plus importantes de France.

Après une carrière dans les sous-marins nucléaires, l’amiral Rogel a rejoint une première fois l’Élysée en 2004 comme adjoint au CEMP, chargé des opérations militaires extérieures (Opex). Puis, de 2006 à 2009, il a dirigé ces mêmes Opex à l’état-major des armées. Futur conseiller militaire au quotidien du président Hollande, l’amiral a déjà supervisé plusieurs actions militaires en Afrique, et notamment en Côte d’Ivoire.