Politique

Mali : Soumaïla Cissé ne digère toujours pas

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
L'opposant a receuilli 22,39% des voix au second tour du suffrage en 2013.

L'opposant a receuilli 22,39% des voix au second tour du suffrage en 2013. © Vincent FOURNIER/J.A.

Soumaïla Cissé, le chef de file de l’opposition malienne, reste, trois ans après, convaincu que la victoire lui a été volée en août 2013 au moyen d’un « grossier » bourrage des urnes.

« À en croire les procès-verbaux électoraux, il y aurait eu en moyenne à Bamako et dans d’autres villes entre trois et cinq votants toutes les deux minutes. Or c’est matériellement impossible ! » s’insurge-t-il. Cissé, qui n’a recueilli au second tour que 22,39 % des suffrages, estime qu’on a forcé le destin d’Ibrahim Boubacar Keïta afin de ne pas faire de vagues alors que le pays sortait à peine d’une grave crise institutionnelle.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte