Sécurité

Congo-Brazaville : où est passé Pasteur Ntumi ?

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Frédéric Bintsamou, alias le pasteur Ntumi, en décembre 2008 dans le Pool.

Frédéric Bintsamou, alias le pasteur Ntumi, en décembre 2008 dans le Pool. © Vincent Fournier/J.A.

Traqué par les unités de la Garde républicaine depuis l’échec de son attaque sur Brazzaville dans la nuit du 3 au 4 avril, Frédéric Bitsamou, alias Pasteur Ntumi, demeure introuvable.

Donné pour mort, puis en fuite en RD Congo, le chef des miliciens Ninjas Nsiloulou, qui fait l’objet d’un mandat d’arrêt délivré par la justice congolaise, se cache probablement au plus profond des forêts de la région du Pool, alors que plusieurs cadres du Conseil national de la résistance, l’aile politique de son mouvement, négocient à Brazzaville avec le pouvoir.

Dernier coup dur pour Ntumi : la défection de son principal lieutenant depuis seize ans, Augustin Bassoumba, alias Ramsès Pharaon, qui, fin mai, s’est rendu aux forces de l’ordre avec sa famille et demande aux miliciens de le rejoindre. Quant à la situation dans le Pool, où Abdoulaye Bathily, le représentant spécial de Ban Ki-moon en Afrique centrale, s’est rendu le 31 mai, elle semble en voie d’apaisement. Les épreuves du baccalauréat ont ainsi pu se dérouler normalement le 1er juin à Kinkala, préfecture de la région.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte