Économie

Sénégal : le projet de centrale d’Africa Energy confronté à des problèmes fonciers

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 15 juin 2016 à 15:23

Mouhamadou Makhtar Cissé est le directeur général de la Senelec. © Sylvain Cherkaoui pour J.A.

L’affaire était dès le départ mal engagée pour la centrale à charbon de Mboro (300 MW), au Sénégal.

En 2013, son installation avait été confiée à la société Africa Energy en vue d’une mise en service en 2016. Mais une polémique avait rapidement éclaté quant à la capacité de cette entreprise à mener à bien le projet : dirigée à l’époque par Alassane Diallo, elle était liée aux Industries chimiques du Sénégal (ICS), alors en grande difficulté financière et novices en matière de centrale électrique.

Aujourd’hui, le projet est en retard. Des prêteurs chinois, auxquels le directeur général de la Société nationale d’électricité (Senelec), Mouhamadou Makhtar Cissé, a récemment rendu visite, se sont certes associés à son financement.

Mais c’était compter sans les problèmes fonciers.

Selon les informations de Jeune Afrique, le terrain sur lequel la centrale doit être construite empiète en effet sur le corridor minier de Diogo, où la société Grande Côte Opération (détenue à 90 % par le français Eramet) exploite un gisement de zircon.