Elections

Une éclaircie à l’horizon des relations franco-gabonaises

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 05 juin 2016 à 16h34
Ali Bongo Ondimba, président du Gabon.

Ali Bongo Ondimba, président du Gabon. © Bruno Levy/J.A.

Les relations franco-gabonaises s’étaient assombries, mi-janvier, après une sortie malencontreuse de Manuel Valls sur un plateau de télévision (le Premier ministre avait critiqué les conditions de l’élection du président gabonais, en 2009).

Tout est apparemment rentré dans l’ordre. À l’Élysée, on se déclare agréablement surpris par l’accord donné par Ali Bongo Ondimba à la présence d’observateurs de l’Union européenne lors de l’élection présidentielle du 28 août. On veut y voir un gage de transparence… Le scrutin s’annonce serré, et l’opposition redoute qu’il soit entaché de fraudes.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte