Culture

Livres : aux armes, indigènes !

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 1 juin 2016 à 17:27

Les Blancs les Juifs et nous. © DR

Attention, lecture explosive ! Lire le pamphlet de Houria Bouteldja, c’est s’imposer un violent combat de boxe imaginaire dans lequel les uppercuts se succèdent. C’est aussi se livrer à un douloureux dialogue intérieur avec une descendante des « damnés de la terre », laquelle convoque, pour illustrer son propos, des hommes qui, en leur temps, avaient eux aussi écrit avec des coups de poing : Césaire, Baldwin, Malcolm X, Genet…

Au diable les bons sentiments. C’est en révoltée et au risque (si ce n’est dans l’intention) de choquer que celle qui se présente comme une « femme issue d’une famille d’immigrés algériens arrivés en France dans les années 1960 » et qui revendique son statut d’« indigène de la République » s’adresse aux « Blancs », puis aux « Juifs », puis aux « femmes indigènes » et enfin à tous les « indigènes » – non pas en tant qu’individus, mais en tant que constructions sociales et politiques de l’histoire moderne.

Sans prendre de gants, elle appelle à mettre à terre la « forteresse inexpugnable » de la « blanchité » et à repenser les rapports politiques qui séparent plus qu’ils ne lient les fils de colonisateurs et les fils de colonisés. Celle qui démonte avec une plume furieuse tous les fondements de la gauche française (le pacte républicain, le féminisme, l’antiracisme, l’humanisme) appelle à « fusiller Sartre », cette « allégorie de la gauche française de l’après-guerre » dont elle ne veut plus.

Elle menace : « Je commence à comprendre que le lieu de la véritable rencontre ne peut se faire qu’au croisement de nos intérêts communs – la peur de la guerre civile et du chaos -, là où pourraient s’annihiler les races et où pourrait s’envisager notre égale dignité. » Mais elle rassure : « Il suffira de se reconnaître et d’incarner ce moment « juste avant la haine » pour la repousser autant que faire se peut. »

DR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Blancs, les Juifs et nous. Vers une politique de l’amour révolutionnaire, de Houria Bouteldja, éd. La Fabrique, 148 pages, 9 euros.