Agroalimentaire

Le Nigeria se lance dans les OGM

Réservé aux abonnés | | Par
Bon Thiahoun, un producteur de coton OGM du village de Pê (Houndé, dans le sud-ouest du Burkina), au milieu de la récolte de l'année dernière.

Bon Thiahoun, un producteur de coton OGM du village de Pê (Houndé, dans le sud-ouest du Burkina), au milieu de la récolte de l'année dernière. © THÉO RENAUT POUR J.A.

Selon nos informations, la National Biosafety Management Authority a approuvé à compter du 1er mai l’introduction d’une variété de coton OGM commercialisée par Monsanto, dont l’Indien Gyanendra Shukla dirige les activités africaines.

Le coton Bollgard II, génétiquement modifié pour résister à certains insectes, est cultivé depuis 2008 au Burkina Faso, où l’interprofession cotonnière a décidé de l’abandonner progressivement en raison de pertes de qualité sur la fibre. Jusqu’ici, le Nigeria se limitait à des tests sur le manioc, le sorgho et le niébé transgéniques. À l’issue d’une phase d’homologation, la première production de coton OGM nigérian est attendue pour 2018.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte