Politique

RD Congo : Augustin Matata Ponyo met ses ministres à la diète

Le Premier ministre congolais, Augustin Matata Ponyo.

Le Premier ministre congolais, Augustin Matata Ponyo. © TRÉSOR KIBANGULA/JEUNE AFRIQUE

« Avec ces réductions et suppressions de primes, financièrement, cela ne vaut presque plus le coup d'être ministre par rapport à ce que touche un député », peste un ministre congolais.

Le projet de loi rectificative présenté en Conseil des ministres, le 4 mai, à Kinshasa, a fait peu d’heureux autour de la table. Selon un proche du Premier ministre, Augustin Matata Ponyo, la cure d’austérité imposée au « train de vie et au fonctionnement de l’État et des ministères » serait de l’ordre de 30 %. Les efforts demandés à l’exécutif seraient donc supérieurs aux coupes dans le budget de l’État (22 % de dépenses en moins).

« Nous n’avons pas le choix, poursuit-on à la primature. Nous devons faire face à la diminution des recettes fiscales, directement liée à la baisse du cours des matières premières. » Le gouvernement a ramené sa prévision de croissance à 6,6 % pour 2016 (4,9 % selon le FMI), contre 9 % prévus initialement. Un ralentissement gênant pour le pouvoir en pleine année électorale.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte