Politique

RD Congo : Augustin Matata Ponyo met ses ministres à la diète

Le Premier ministre congolais, Augustin Matata Ponyo.

Le Premier ministre congolais, Augustin Matata Ponyo. © TRÉSOR KIBANGULA/JEUNE AFRIQUE

« Avec ces réductions et suppressions de primes, financièrement, cela ne vaut presque plus le coup d’être ministre par rapport à ce que touche un député », peste un ministre congolais.

Le projet de loi rectificative présenté en Conseil des ministres, le 4 mai, à Kinshasa, a fait peu d’heureux autour de la table. Selon un proche du Premier ministre, Augustin Matata Ponyo, la cure d’austérité imposée au « train de vie et au fonctionnement de l’État et des ministères » serait de l’ordre de 30 %. Les efforts demandés à l’exécutif seraient donc supérieurs aux coupes dans le budget de l’État (22 % de dépenses en moins).

« Nous n’avons pas le choix, poursuit-on à la primature. Nous devons faire face à la diminution des recettes fiscales, directement liée à la baisse du cours des matières premières. » Le gouvernement a ramené sa prévision de croissance à 6,6 % pour 2016 (4,9 % selon le FMI), contre 9 % prévus initialement. Un ralentissement gênant pour le pouvoir en pleine année électorale.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte