Politique

Mali : Moussa Mara se voit déjà à la tête de Bamako et peut-être même au palais de Koulouba

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Moussa Mara, président du parti Yelema.

Moussa Mara, président du parti Yelema. © Vincent Fournier/JA

À trois ans de l’élection présidentielle, Moussa Mara, l’ancien Premier ministre (avril 2014-janvier 2015) d’Ibrahim Boubacar Keïta, ne cache plus ses ambitions.

Yelema (« changement », en bambara), le parti de centre-droit qu’il a créé en 2010, envisage dans un premier temps de briguer la mairie du district de Bamako lors des prochaines municipales (dont la date a été plusieurs fois repoussée).

Serait-ce un tremplin vers le palais de Koulouba ? « Je suis prêt à me lancer dans la bataille présidentielle, même si IBK y participe », acquiesce Mara, qui fut déjà candidat en 2013. Appartient-il toujours à la majorité présidentielle ? Oui, mais de manière « critique ». En attendant, il sillonne le pays afin d’être « au plus près des Maliens, et des jeunes en particulier ». Début juin, il sortira d’ailleurs un livre consacré à la jeunesse africaine.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte