Justice

Burkina : Mamadou Traoré, avocat ou putschiste ?

Le général Diendéré, le 18 septembre à Ouagadougou.

Le général Diendéré, le 18 septembre à Ouagadougou. © Theo Renaut / AP / SIPA

Accusé de complicité dans le putsch manqué de la mi-septembre 2015, Me Mamadou Traoré, ex-bâtonnier du Burkina Faso, a été inculpé le 25 avril d’atteinte à la sûreté de l’État, de complicité d’assassinat et de complicité de coups et blessures volontaires.

Après son audition par les juges d’instruction chargés de l’enquête, il a aussitôt été placé en détention. Selon une source proche du dossier, il aurait dans les jours qui ont suivi le coup d’État accueilli chez lui à plusieurs reprises le général Gilbert Diendéré – lequel avait été placé sur écoute et était géolocalisé grâce à son téléphone. Simples entretiens en sa qualité d’avocat ou vraie complicité avec les putschistes ?

Les juges penchent semble-t-il pour la seconde hypothèse. Au Burkina comme à l’étranger, les confrères de Me Traoré dénoncent l’irrégularité de la procédure.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte