Dossier

Cet article est issu du dossier «Coups d'État en Afrique : la fin d'une époque ?»

Voir tout le sommaire
Politique

Mali : Amadou Haya Sanogo, dans l’attente de son procès

Amadou Haya Sanogo.

Amadou Haya Sanogo. © Daou Bakary Emmanuel /JA

Depuis son arrestation à Bamako, le 27 novembre 2013, le général Sanogo a d’abord été détenu dans un camp militaire de la capitale malienne, avant d’être transféré à 140 km au sud, à Sélingué, puis « exilé » à Manantali (Ouest).

Dénonçant des conditions de vie « indécentes », ses avocats ont obtenu en février son retour à Sélingué.

L’ex-chef de la junte qui a pris le pouvoir pendant trois semaines en 2012, après avoir renversé Amadou Toumani Touré, réside désormais dans une confortable villa surveillée, où il continue à faire ses cinq prières quotidiennes et de l’exercice, à lire les journaux et à recevoir des visiteurs.

Inculpé pour son rôle présumé dans l’assassinat d’une vingtaine de « bérets rouges » (les commandos parachutistes fidèles à ATT), il est aussi mis en cause dans la disparition de plusieurs militaires du camp de Kati, son ancien fief.

Son procès est annoncé pour cette année.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte