Le Caire, 19 juillet 2013, quelques jours après la destitution de Mohamed Morsi. © Marwan Naamani/AFP

Cet article est issu du dossier

Coups d’État en Afrique : la fin d’une époque ?

Voir tout le sommaire
Politique

Éthiopie : Mengistu Haile Mariam, sans remords

Pendant quatorze ans, cet émule africain du Cambodgien Pol Pot aura fait régner la « terreur rouge » en Éthiopie.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 17 mai 2016 à 15:00

Mengistu Haile Mariam. © ARIS SARIS/AP/SIPA

En 1974, alors que la contestation couve dans l’empire, un Comité militaire d’administration provisoire (Derg) renverse Haïlé Sélassié, le « roi des rois », assassiné un an plus tard. Mengistu Haile Mariam, un officier subalterne, s’impose comme leader.

En 1977, il devient le président du Gouvernement militaire provisoire de l’Éthiopie socialiste et instaure une dictature sanglante, soutenue par l’Union soviétique.

Des dizaines d’officiers sont exécutés, et les « contre-révolutionnaires », pourchassés. Entre 100 000 et 500 000 Éthiopiens seront tués durant son règne.

En 1991, le Négus rouge est renversé à son tour. Depuis, condamné à mort par contumace pour génocide et crimes contre l’humanité, il vit au Zimbabwe, sous la protection de Robert Mugabe. Il ne s’est jamais repenti.