Dossier

Cet article est issu du dossier «Coups d'État en Afrique : la fin d'une époque ?»

Voir tout le sommaire
Politique

Comores : Azali Assoumani, la revanche présidentielle

Azali Assoumani, ancien chef d'état-major de l'armée comorienne. © UN PHOTO

Ancien chef d'état-major de l'armée comorienne arrivé au pouvoir par les armes en 1999 avant d'être élu au suffrage universel en 2002, Azali Assoumani a été réélu cette année, dix ans après avoir quitté la présidence et passé la main à Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, l'un de ses plus féroces contempteurs.

Qualifié in extremis pour le second tour, au côté de deux autres candidats, il a été proclamé vainqueur le 15 mai, après les résultats des élections partielles organisées le 11 mai dans treize localités de l’île d’Anjouan – où l’on n’avait pas pu voter un mois auparavant.

Une victoire sur son poursuivant, Mohamed Ali Soilihi, qui sonne comme une revanche pour ce colonel de 57 ans à la retraite qui n’a jamais pu se débarrasser de son image de putschiste. Retranché dans son fief de Mitsoudjé, Azali Assoumani s’était imposé une longue cure de silence après 2006, à peine rompue par la publication d’un livre-témoignage en 2009 (Quand j’étais président, éd. Duboiris). Il n’est revenu sur le devant de la scène qu’en 2013.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte