Société

États-Unis : billet vert et icônes noires

L'une des versions possibles du prochain billet de 20 dollars, dont la version définitive n'est pas tranchée. © AFP

La militante abolitionniste Harriet Tubman va figurer sur les coupures de 20 dollars. Mais Andrew Jackson, l'ex-président esclavagiste, restera au verso… Tandis que d'autres figures historiques africaines-américaines sont annoncées sur les billets verts.

Elle est morte dans l’anonymat en 1913, mais sera bientôt reconnue par tous les Américains. Harriet Tubman, militante abolitionniste et féministe, sera, dans les années 2020, le nouveau visage des près de 9 milliards de billets de 20 dollars en circulation aux États-Unis. Elle devient ainsi non seulement la première personnalité noire, mais aussi la première femme, en un siècle, à figurer sur le billet vert.

C’est l’épilogue d’un feuilleton qui visait à mettre fin à une certaine misogynie, alors que se profile le centième anniversaire du droit de vote des femmes aux États-Unis. Les autorités avaient lancé une consultation afin d’identifier celle qui incarnerait le mieux les valeurs fondamentales du pays. Trois noms s’étaient détachés : Eleanor Roosevelt, la première dame emblématique du XXe siècle, Rosa Parks, icône de la lutte pour les droits civiques, et Harriet Tubman.

D’autres femmes noires devraient par ailleurs apparaître parmi les visages figurant sur les billets de 10 et 5 dollars : Sojourner Truth, elle aussi esclave devenue abolitionniste, et Marian Anderson, première chanteuse africaine-américaine à se produire sur la scène du Metropolitan Opera.

Une ancienne esclave devenue le symbole féministe et l’abolitionnisme 

Le choix de Harriet Tubman est tout un symbole. Née en 1822 dans le Maryland, elle devient esclave dès l’âge de 6 ans. Mais en 1849, elle s’enfuira en Pennsylvanie, aidée par l’Underground Railroad, un réseau informel de sympathisants antiesclavagistes qui a permis à des milliers d’esclaves noirs de rejoindre les États du Nord et le Canada.

Affranchie, Harriet Tubman reviendra sur sa terre natale sauver des membres de sa communauté, au péril de sa vie. Après avoir activement participé à la guerre de Sécession, celle que certains appellent la « Moïse noire » rejoindra le mouvement des suffragettes et se battra pour les droits des femmes.

Harriet Tubman a sombré dans l’anonymat durant plusieurs décennies, avant de redevenir dans les années 1960 l’incarnation de la lutte contre l’esclavage et de la guerre de Sécession. Cette « nomination » aurait pu signer une revanche posthume si cette héroïne avait évincé sur le billet le très décrié septième président américain Andrew Jackson, esclavagiste et signataire des lois sur les déportations d’Amérindiens. Il n’en est hélas rien. Ce dernier sera maintenu au verso !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte