Dossier

Cet article est issu du dossier «OGM : l'Afrique à tout prix»

Voir tout le sommaire
Agroalimentaire

Priver l’Afrique des OGM serait une hérésie

Par

Sylvie Brunel est écrivain, géographe, et professeur des Universités à Paris-Sorbonne.

Une représentante de Monsanto vante les mérites de son maïs OGM à un Sud-Africain, lors d'un salon sur le transgénique, à Austin (Texas), le 16 mars 2015. © Erich Schlegel / AP / SIPA

Deux certitudes : les paysans africains ont besoin de semences certifiées de qualité, et le temps presse pour relever le défi alimentaire du continent.

Les rendements restent aujourd’hui très faibles, les paysans s’épuisent au travail et vivent dans la dépendance des pluies comme dans la crainte des ravageurs – particulièrement virulents dans le monde tropical – qui compromettent les récoltes, provoquent l’endettement et l’exode vers la ville.

Les semences OGM sont une des solutions qui permettraient de répondre à ces problèmes. Alors que l’Afrique a raté le tournant des révolutions vertes dans les années 1970, elle ne doit pas aujourd’hui être oubliée dans la grande mutation qui transforme les campagnes du monde, avec des plantes OGM qui occupent désormais 15 % des terres cultivées et facilitent la vie des petits cultivateurs en limitant les traitements chimiques, donc en réduisant la pénibilité et la dangerosité du travail agricole.

Il faut que les OGM élaborés puissent s’inscrire dans l’agriculture familiale et mis à la disposition des paysans à des conditions accessibles

Pourquoi, à l’image de ce qui s’est passé avec le téléphone portable et l’accès à internet, l’Afrique ne pourrait-elle pas effectuer directement le saut technique et agronomique qui lui permettrait de faire face à la fois à sa croissance démographique – notamment dans les campagnes, puisque le réservoir rural restera plus important que la population urbaine jusqu’en 2030 – et au changement climatique, alors qu’elle est le continent le plus vulnérable au monde ?

Bien sûr, il faut que les OGM élaborés puissent s’inscrire dans l’agriculture familiale (et pas seulement industrielle) et être mis à la disposition des paysans à des conditions accessibles (financièrement et techniquement) dans des filières rémunératrices. Que le continent se prive de cette opportunité alors que sa population va doubler en trente ans serait une hérésie.

Reste aux gouvernements africains à comprendre que leurs agriculteurs représentent pour eux une richesse potentielle inouïe : tous les pays qui se sont développés durablement ont commencé par enrichir leurs campagnes.

Fermer

Je me connecte