Économie

Algérie : le bailleur chinois

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 22 avril 2016 à 10h18
Abdelmalek Sellal et le président chinois Chinese Xi Jinping

Abdelmalek Sellal et le président chinois Chinese Xi Jinping © Kim Kyung-hoon/AP/SIPA

Confidence d’un membre du gouvernement Sellal : l’Algérie va devoir recourir à l’endettement extérieur pour faire face à la chute de ses revenus en devises, qui ne devraient pas dépasser 25 milliards de dollars en 2016, contre 37 milliards l’année précédente.

Plutôt que d’emprunter auprès des institutions financières internationales, les Algériens ont choisi de s’endetter auprès de la Chine, qui devra ainsi financer directement une série de projets sur une période de vingt à vingt-cinq ans. Lors d’un Conseil des ministres tenu à la fin de l’année 2015, le président Bouteflika avait pourtant prévenu son Premier ministre : « Évitez autant que faire se peut l’endettement extérieur… ».

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte