Politique

Union africaine : Ali Bongo Ondimba soutient l’Équato-Guinéen Agapito

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Ali Bongo Ondimba à la tribune des Nations unies le 22 septembre 2011.

Ali Bongo Ondimba à la tribune des Nations unies le 22 septembre 2011. © Jason DeCrow/AP/SIPA

L’élection du prochain président de l’Union africaine (UA) n’aura lieu qu’en juillet prochain, lors du sommet de Kigali, mais la campagne a déjà commencé.

Soutenue par la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), qui l’a investie fin mars, la ministre des Affaires étrangères du Botswana, Pelomini Venson-Moitoi, est en pole position. L’influence de la SADC, qui était parvenue à faire élire la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma en 2012 face au sortant gabonais Jean Ping, n’est plus à démontrer.

Mais la Guinée équatoriale, qui a présenté son ministre des Affaires étrangères, Agapito Mba Mokuy, est aussi à la manœuvre pour tenter de rattraper son retard. Malabo espère pouvoir compter notamment sur l’appui des pays de sa sous-région. Le 7 avril, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo a ainsi demandé à son homologue gabonais, Ali Bongo Ondimba, président en exercice de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), en visite à Malabo, de soutenir son candidat. Requête acceptée par Libreville.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer