Justice

Burkina : des hauts gradés mis en cause

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 19 avril 2016 à 08h55
Pingrenoma Zagré, chef d'état-major général des armées.

Pingrenoma Zagré, chef d'état-major général des armées. © Ahmed Ouaba / AFP

Plusieurs hauts-gradés de l’armée burkinabè sont soupçonnés par la justice d’être des protagonistes du coup d’État de septembre 2015.

Le général Pingrenoma Zagré, chef d’état-major général des armées, le colonel Tuandaba Coulibaly, chef d’état-major de la gendarmerie nationale, et le commissaire Lazare Tarpaga, directeur général de la police nationale, sont soupçonnés par les juges d’instruction chargés de l’enquête sur la tentative de coup d’État du 16 septembre de complicité avec les putschistes.

Convoqués entre le début et la mi-avril pour être entendus sur leur rôle durant le putsch manqué du général Gilbert Diendéré, ces trois hauts gradés ne se sont pas présentés à leur audition. Ils ont donc été convoqués à une date ultérieure, dans les jours à venir. « Depuis son arrestation, Gilbert Diendéré ne cesse d’affirmer qu’ils faisaient partie du coup », glisse un responsable sécuritaire.

Également entendu après son extradition par la Côte d’Ivoire, fin février, l’adjudant-chef Moussa Nébié (dit Rambo), un fidèle de Diendéré, a tenu le même discours aux magistrats. Selon plusieurs sources proches du dossier, les juges s’appuient surtout sur différents témoignages, notamment ceux de jeunes officiers et sous-officiers loyalistes qui accusent leur haute hiérarchie d’avoir donné des ordres pour contenir l’opposition militaire et populaire aux putschistes de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP).

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte