Dossier

Cet article est issu du dossier «Les Bantous sans tabous»

Voir tout le sommaire
Société

« Leurs femmes sont petites » et autres billevesées

Réservé aux abonnés | | Par
Les clichés sur les femmes bantoues ont la dent dure

Les clichés sur les femmes bantoues ont la dent dure © SEBASTIAO MOREIRA/EPA/CORBIS

Au rayon des préjugés et idées reçues, les bantouphones ne sont pas moins servis que les autres.

Bien loin de l’ahurissant niveau de racisme dont fit preuve à leur égard le Voltaire de l‘Essai sur les mœurs et l’esprit des nations, lequel s’étonnait que « nègres et négresses transportés dans les pays les plus froids y produisent toujours des animaux de leur espèce », ou de l’évolutionnisme moderne et intrinsèquement pervers du Japonais Satoshi Kanazawa, professeur à la London School of Economics qui, il y a cinq ans, prétendait encore démontrer, taux de testostérone à l’appui, que « les femmes noires sont moins attirantes que les autres », les stéréotypes discriminatoires relevés en Afrique même ont toujours la vie dure.

Autant de clichés expéditifs, entendus parfois dans la bouche de hauts responsables ouest-africains quand ils plaisantent sur leurs collègues d’Afrique centrale

Il suffit de tendre l’oreille pour les entendre : « les Bantous aiment la bière et la fête », « les Bantous ne savent pas élever le bétail », « les Bantous ne sont pas de bons guerriers », « les Bantous aiment l’argent facile », « leurs femmes sont petites et leurs sociétés sont acéphales et matriarcales », « la forêt leur bouche le ciel, ce qui explique leur pensée à courte vue », etc. Autant de clichés expéditifs, entendus parfois dans la bouche de hauts responsables ouest-africains quand ils plaisantent sur leurs collègues d’Afrique centrale et dont aucun ne résiste à l’examen.

Sauf un, sans doute. Les plus gros consommateurs de bière par habitant sur le continent sont, dans l’ordre, l’Angola, l’Afrique du Sud, la Namibie, l’Ouganda, la Tanzanie, le Kenya et le Gabon, tous pays de l’aire bantouphone épargnés par les tabous de l’alcool haram. Cela explique ceci bien sûr, ainsi qu’une certaine philosophie de la vie. « La bière est la preuve indéniable que Dieu nous aime et veut nous voir heureux » : cet aphorisme de Benjamin Franklin aurait pu être un proverbe bantou.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer