Justice

Maroc – Rabatgate : les conclusions de l’audit qui vise le maire

Le Maroc fait actuellement face à une importante vague d'attentats déjoués. © Vincent Fournier/JA

Jeune Afrique a pu prendre connaissance des conclusions de l'enquête diligentée par le ministre marocain de l'Intérieur et son collègue de l'Économie et des Finances sur « l'affaire Redal » - du nom de cette filiale du groupe français Veolia, gestionnaire délégué de la distribution d'eau et d'électricité, ainsi que de l'assainissement dans l'agglomération de Rabat.

Elles sont très problématiques, en particulier pour Mohamed Sadiki, le maire islamiste (PJD) de la capitale. Si ces conclusions sont validées, l’édile pourrait être conduit à démissionner. Mené du 3 au 11 mars par une équipe conjointe de l’Inspection générale des finances et de l’Inspection générale de l’administration territoriale, cet audit souligne les conditions à ses yeux « douteuses » dans lesquelles Sadiki, à l’époque cadre chez Redal, a obtenu sa mise à la retraite en 2012 pour raisons de santé, après avoir bénéficié d’un avancement « abusif » de deux catégories de grade et perçu une gratification exceptionnelle de 483 870 dirhams (environ 44 500 euros).

Sadiki continuerait de bénéficier d’un logement de fonction de Redal

Surtout, l’audit pointe « la situation d’incompatibilité et de conflit d’intérêts » dans laquelle se trouve le maire en ses qualités d’ex-responsable pensionné de Redal et de président de l’autorité délégante (la mairie) de cette même société. Plus gênant encore, Sadiki continuerait de bénéficier d’un logement de fonction de Redal, et il a, fin 2015, nommé au poste de directeur du service permanent de contrôle (SPC) de la société l’un de ses ex-collègues parti à la retraite « dans les mêmes conditions douteuses » que lui.

Remarque liminaire de ce rapport, qui n’épargne pas la responsabilité de Redal et de Veolia : la mise à la retraite de 89 cadres de la société validée entre 2012 et 2014 par la commission médicale de réforme de Redal, ainsi que les liens conservés par Sadiki avec son ancien employeur depuis son élection, il y a six mois, « portent de manière manifeste préjudice aux intérêts de l’autorité délégante ».

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte