Société

Motos-taxis : asphalt jungle

Un moto-taxi à Bujumbura. © Esdras Ndikumana / AFP

Le 16 mars, quatre jours avant le second tour de la présidentielle, le Mouvement deszémidjans pour un Bénin d’espoir, le plus important syndicat de motos-taxis, a annoncé son ralliement à la candidature de Lionel Zinsou.

Ses conducteurs, qui sillonnent les rues en arborant des tee-shirts aux couleurs de leur candidat et s’évertuent à convaincre leurs clients, constituent une force électorale non négligeable. Ils avaient déjà contribué à la victoire du chef de l’État sortant, Thomas Boni Yayi. À l’instar du Bénin, d’autres pays africains ont pris conscience du poids politique de ces motos-taxis (qui pallient aussi les carences en matière de transports publics) et tentent de les sortir du maquis de l’économie informelle pour mieux les contrôler. Tour d’horizon.

J.A.

J.A.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte