Politique

Côte d’Ivoire : incontournable Guillaume Soro

Alassane Ouattara et Guillaume Soro au palais présidentiel, en octobre 2014.

Alassane Ouattara et Guillaume Soro au palais présidentiel, en octobre 2014. © LUC GNAGO / REUTERS

On ne voit plus beaucoup Guillaume Soro, le président du Parlement ivoirien, au palais présidentiel.

Naguère, Alassane Ouattara le consultait systématiquement sur toutes les grandes questions du moment. Ce n’est plus le cas, même si les deux hommes continuent de se parler de temps à autre au téléphone. C’est que le président est résolu à imprimer davantage sa marque sur les affaires de l’État…

Par exception, les deux hommes se sont quand même rencontrés le 2 mars, en milieu de journée : avant un déplacement au Gabon, Soro s’est vu remettre par Ouattara un message pour Ali Bongo Ondimba. Le 13 mars, après l’attentat de Grand-Bassam, il n’a dans un premier temps pas été consulté, alors qu’il est le créateur des Forces spéciales. Il est vrai que l’entourage du président s’est d’abord fourvoyé en croyant qu’il s’agissait d’un braquage. Joint par téléphone, Soro a convaincu Ouattara qu’il s’agissait bien d’un attentat et lui a conseillé de rentrer d’urgence à Abidjan. Les deux hommes se sont vus en fin de journée.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte