Sécurité

Algérie : d’anciens responsables doivent dire adieu au Club des pins

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
La plage du Club des Pins, en Algérie

La plage du Club des Pins, en Algérie © Facebook/DR

Une vingtaine d’anciens responsables (ministres, secrétaires généraux de ministère, hauts fonctionnaires) ont été priés de restituer le 6 mars au plus tard les villas mises à leur disposition dans la résidence d’État du Club des pins, sur la côte, à l’ouest d’Alger.

Dans les mises en demeure envoyées à chaque locataire à la fin de février, la direction de ce compound hautement sécurisé explique que ces villas vont être démolies dans le cadre d’un plan de réaménagement de la résidence. Plusieurs chalets attribués à des membres de la nomenklatura pour des raisons de sécurité ont été récemment démontés pour laisser place à de nouvelles constructions.

Certains, comme cet ancien ministre qui ne fréquentait plus guère le Club des pins depuis son départ du gouvernement, en septembre 2013, ont déjà restitué les clés de leur villa. D’autres ont demandé un délai pour préparer leur déménagement.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte