Droits de l’homme

Justice : le Rwanda échaudé par la Cour africaine des droits de l’homme

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 17 mars 2016 à 14h45
Le président rwandais Paul Kagame à l’université de Tufts, à Melford, aux États-Unis,  le  22 avril 2014

Le président rwandais Paul Kagame à l'université de Tufts, à Melford, aux États-Unis, le 22 avril 2014 © Steven Senne/AP/SIPA

Le 29 février, le Rwanda informait l’Union africaine de sa décision de se retirer de l’une des options prévues pour la saisine de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP), qui siège à Arusha, en Tanzanie.

L’article 5(3) du protocole régissant cette juridiction continentale – jusque-là ratifié par seulement sept États – prévoit en effet que des ONG et des individus puissent la saisir.

Pour l’opposition rwandaise en exil, cette rétractation ne pouvait viser que l’opposante Victoire Ingabire, qui purge au Rwanda une peine de quinze ans de prison pour divers crimes et délits et qui a lancé une procédure contre Kigali. Mais, d’après l’entourage de Paul Kagamé, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase concerne Stanley Safari, un ancien sénateur condamné in absentia pour sa participation au génocide de 1994.

Selon le courrier officiel rwandais, qui ne nomme pas l’intéressé, « jamais le Rwanda n’avait envisagé » qu’un « fugitif condamné pour génocide » pût voir sa requête prospérer devant la CADHP. D’où le retrait de Kigali.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte