Politique

Mali : tel est pris qui croyait prendre…

Des soldats maliens, près de Mopti (archives).

Des soldats maliens, près de Mopti (archives). © François Rihouay/AP/SIPA

Des policiers maliens soupçonnés de racketter les populations ont été confondus avec des terroristes… Et pris pour cibles.

L’histoire paraît tout droit sortie d’une mauvaise série B, et c’est Bréhima Béridogo, un élu de la ville de Kadiolo, dans le sud du Mali, qui l’a racontée à l’AFP.

Lundi 7 mars, des hommes armés mais en civil s’approchent du camp militaire de Misséni, un village situé non loin de Kadiolo. Misséni a été attaqué par des jihadistes quelques mois plus tôt, un homme a été tué, et les soldats sont depuis sur leurs gardes.

« Pensant à des assaillants », poursuit Bréhima Béridogo, ils finissent même par ouvrir le feu – sans faire de victimes. Sauf que les individus en question ne sont pas des assaillants mais des policiers maliens très fortement soupçonnés de racketter les populations dans cette zone mal contrôlée, qui jouxte la frontière ivoirienne.

L’histoire en revanche ne dit pas pourquoi ils se sont aventurés aussi près du camp de Misséni.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte