Politique économique

Burkina : qui veut la place d’Alizéta à la CCI de Ouagadougou ?

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 01 avril 2016 à 17h56
Apollinaire Compaoré en 2015

Apollinaire Compaoré en 2015 © DR

Plusieurs hommes d’affaires lorgnent ce poste. Trois noms sont régulièrement cités.

La course à la succession d’Alizéta Ouédraogo à la tête de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) du Burkina Faso ? À Ouagadougou, tout le monde y pense, mais personne n’en parle. Alors que l’élection doit se dérouler au plus tard au mois de juin, plusieurs hommes d’affaires lorgnent ce poste, qui fut hautement politique sous le règne de Blaise Compaoré et qui pourrait bien le rester après l’élection de Roch Marc Christian Kaboré.

Trois hommes

Trois noms sont régulièrement cités : Idrissa Nassa, le patron de Coris Bank (qui ne s’est pour l’heure pas déclaré candidat). Mahamadi Savadogo, dit « Kadhafi », proche de Salif Diallo, le président de l’Assemblée nationale, et dirigeant l’un des plus vastes empires financiers du pays, le groupe Smaf International. Et enfin Apollinaire Compaoré, le magnat des télécoms (Telecel Faso) et des assurances (UAB).

Un quatrième homme pourrait jouer un rôle dans la course, même s’il n’est pour l’instant pas candidat : il s’agit de Lassiné Diawara, qui a fait fortune dans la finance et dans l’industrie du tabac, et qui fut le vice-président d’Alizéta Ouédraogo à la CCI. Ce proche de Blaise Compaoré (et de l’homme d’affaires Vincent Bolloré) qui tente de renouer avec les autorités sait cependant que la nouvelle donne politique ne lui est pas forcément favorable.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte