Politique

Algérie : Zohra Drif, icône de l’indépendance

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 10 mars 2016 à 15:36

La sénatrice algérienne Zohra Drif Bitat à Alger, le 24 janvier 2007. © AP / SIPA

Les 50 personnalités les plus influentes ont toutes, sans exception et chacune à son niveau, un rôle à jouer pour conduire l’Algérie sur la première voie.

Dans ce dossier

Avec Djamila Bouhired, auprès de laquelle elle a pris part à la bataille d’Alger, Zohra Drif reste une icône de la guerre d’indépendance. À 81 ans, celle qui fut l’épouse de Rabah Bitat, l’un des neuf chefs historiques du FLN, n’est pas prête de prendre congé de la politique. Avocate, enseignante, ancienne sénatrice du tiers présidentiel, elle fut l’un des rares membres du Conseil de la nation (la chambre haute du Parlement, dont elle fut vice-présidente) à prendre régulièrement la parole pour s’opposer aux projets de loi présentés par l’exécutif, notamment celui relatif au code de la famille ou aux violences contre les femmes. Amie de très longue date de Bouteflika, elle n’a pas hésité à monter au créneau pour critiquer son mode de gouvernance.