Sécurité

Algérie – Libye : fausse alerte !

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Capture d'écran d'une vidéo, diffusée par Aamaq News Agency et fournie par le site américain de surveillance (SITE), le 9 juin 2016, montrant le drapeau de l'EI sur une centrale électrique à Syrte, en Libye.

Capture d'écran d'une vidéo, diffusée par Aamaq News Agency et fournie par le site américain de surveillance (SITE), le 9 juin 2016, montrant le drapeau de l'EI sur une centrale électrique à Syrte, en Libye. © AFP

Une mauvaise communication du ministère de l’Économie et des Finances tunisien est à l’origine de la mise en état d’alerte maximale des forces algériennes à la frontière avec la Libye.

Le département dirigé par Slim Chaker avait signifié aux Libyens installés en Tunisie depuis plus de trois mois qu’ils devaient s’acquitter de la vignette automobile, mais avait laissé entendre qu’ils devaient le faire à un poste-frontière, et non auprès d’un quelconque bureau de recettes fiscales. Plutôt que de se rendre à Ras Jedir, le principal poste-frontière, complètement saturé par l’afflux des réfugiés, les personnes concernées ont préféré passer par l’Algérie, longer la frontière jusqu’en Libye, puis revenir en Tunisie pour acheter la fameuse vignette. Ce mouvement de population massif et inhabituel a déclenché la réaction des autorités algériennes.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte