Économie

Algérie : Tewfik Khelladi, l’homme des réseaux

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 10 mars 2016 à 17:19

Les 50 personnalités les plus influentes ont toutes, sans exception et chacune à son niveau, un rôle à jouer pour conduire l’Algérie sur la première voie.

Dans ce dossier

En Algérie, on dit que le poste de directeur de la télévision nationale a autant de poids, sinon davantage, que celui de ministre de la Communication. Fonction hautement sensible, la direction de ce groupe public qui compte quatre grandes chaînes échoit souvent à un homme réputé proche du cercle présidentiel. À bien des égards, Tewfik Khelladi ne déroge pas à la règle. Ancien journaliste au quotidien communiste Alger Républicain, chef du bureau d’Algérie Presse Service (APS) à Bruxelles au milieu des années 1990, il rentre au pays au début des années 2000 pour diriger l’agence, avant d’être propulsé directeur de la communication à la présidence de la République. Dans cet antre du pouvoir, cet ami intime de Saïd Bouteflika tisse ses réseaux et assoit son influence. Passé par la case radio, il devient patron des télévisions en février 2012. À chaque remaniement, les rumeurs le donnent ministrable, mais l’intéressé explique que le poste qu’il occupe depuis quatre ans lui convient parfaitement.