Justice

Mauritanie : arrestations, drogues et évasions

Réservé aux abonnés | | Par
Une rue de Nouakchott en 2014.

Une rue de Nouakchott en 2014. © Bruno Lévy pour J.A.

Les arrestations de suspects de narcotrafic se multiplient en Mauritanie… mais les évasions aussi.

On comprend mal s’il y a eu, le 21 février, une nouvelle saisie de 1,3 tonne de cocaïne à bord d’un cargo ou s’il s’agit de la saisie de 2 tonnes à Tiris Zemmour déjà révélée au début du mois tant les autorités mauritaniennes sont peu communicantes et les médias locaux, brouillons. Il n’empêche que plusieurs dizaines de trafiquants de drogue ont été arrêtés en Mauritanie en ce mois de février. On applaudirait ces succès si, dans le même temps, on ne s’évadait aussi aisément des prisons de Nouakchott.

Le 19 février, une quarantaine de détenus ont foncé sur les gardiens de la maison d’arrêt de Dar Naïm et pris la poudre d’escampette. Un bon nombre d’entre eux auraient déjà été rattrapés, mais le président, Mohamed Ould Abdelaziz, a piqué une grosse colère, d’autant que, le 31 décembre 2015, Cheikh Ould Saleck, un terroriste condamné à mort, s’était fait la belle déguisé en femme, avant d’être arrêté en Guinée. Les Mauritaniens semblent bien meilleurs pour attraper les malfrats que pour les garder derrière les barreaux.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte