Économie

Maroc : « L’immobilier pourrait se reprendre cette année »

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 8 mars 2016 à 18:32
Hind Hayek

Par Hind Hayek

Analyste chez Valoris Management

Résidences Eden Island à Bouznika (Maroc). © Alexandre Dupeyron pour Jeune Afrique

L’immobilier est l’un des secteurs phares de la Bourse de Casablanca, mais, en 2015, il a été fortement pénalisant pour la place marocaine, en raison notamment des problèmes de liquidités des valeurs Douja Promotion (groupe Addoha), Alliances et Résidences Dar Saada. Toutefois, l’immobilier pourrait se reprendre cette année et susciter un regain d’intérêt grâce aux niveaux attrayants de ses ratios boursiers. D’ailleurs, depuis janvier, les cours des trois valeurs ont bien progressé.

Addoha, qui a lancé le plan Génération cash visant à réduire son endettement d’ici à 2018, a rassuré les investisseurs en publiant les résultats de la première année en avance sur le calendrier initial. Même si ses futures publications seront scrutées de près par le marché, le groupe avance dans la bonne direction.

De son côté, Alliances accuse plus de retard dans son désendettement et a eu de très mauvais résultats l’an dernier. Cependant, selon sa direction, le groupe devrait revenir dans le vert en 2016 : les cessions d’actifs semblent être sur la bonne voie, tout comme la restructuration de sa dette obligataire. Par ailleurs, la promesse d’une augmentation de capital de 1 milliard de dirhams [plus de 90 millions d’euros] constitue un autre point positif.

Enfin, Résidences Dar Saada opte pour la prudence et tient à respecter ses objectifs malgré une conjoncture sectorielle difficile. Son niveau d’endettement raisonnable lui permet d’aborder l’avenir avec sérénité.

Ce secteur sera sans doute le plus suivi de la cote en 2016. Si une reprise est attendue, elle dépendra bien entendu des futures publications des trois groupes immobiliers, qui doivent poursuivre leurs efforts d’assainissement et de génération de revenus. »